3 au 11 juin                          TOURIST  TROPHY   2009

 

 

« Passe le bac et après tu verras » Qui n’a jamais entendu cette petite phrase ?  Pour le Tourist Trophy c’est pareil. C’est même comme dans le temps ; il y a deux bacs à passer. Mais quand tu as franchi les mers,  là, pour le coup tu vois. Tu poses enfin le pied sur l’Isle of Man (IOM) en débarquant du Manannan et enfin c’est le rêve qui devient réalité. Tu as eu juste le temps (quelques 500 km) d’apprendre à rouler à gauche en traversant une grande partie de l’Angleterre que tu es absorbé par le flot de motos qui surgissent du catamaran. Le premier rond point en tourne à gauche, tu ne le vois pas, trop concentré  que tu es à suivre la roue arrière de la moto qui te précède. Ouf tu t’en sors rapidement et quand tu as franchi deux ou trois feux tricolores tu te retrouves en dehors de Douglas. Là, à ce moment précis, tu te dis : « C’est fou, je roule sur le circuit du TT, c’est pas croyable ». Tu réalises pleinement ce que tu vis quand des motos te doublent plein pot sur cette route étroite et bosselée qui se faufile au milieu de deux murs de pierres sèches ou de haies aussi vertes que hautes. Tu n’as pas peur, tu sais que ce sont des bons, tu te cales simplement un peu plus sur le bord de la chaussée les yeux rivés sur ton rétroviseur …. droit.

 

Tu arrives au camping sans même t’être aperçu des kilomètres parcourus tellement tout est à voir. A peine la moto béquillée, tu regardes ta montre : dans un peu plus d’une heure première séance d’essais libres, il faut aller sur le circuit comme spectateur cette fois-ci.

 

Tu découvres l’ambiance du TT : Les commissaires, les fameux Marshals, avec leur tunique vert fluo et leur grand M dans le dos, ils sont là avec les policiers sans armes (j’apprécie) pas de nervosité, tout est calme, bon enfant. Les voitures des commissaires de course passent rapidement, suivies des Marshals motorisés et après une petite pause, le premier concurrent fuse au raz de tes pieds. Inimaginable, il faut le vivre pour comprendre. Tu as à peine réalisé ton bonheur d’être là que le deuxième déboule lui aussi comme un obus, Que dire des sides ? C’est encore plus impressionnant que les motos !!! Il faut une condition physique d’athlète de haut niveau pour faire plusieurs tours du circuit à des vitesses pareilles.

 

 

 

 

 

 

Tout au long de la semaine tu vas de surprise en surprise, d’étonnement en étonnement, de merveille en merveille. Tu passes dans le  paddock, tu découvres un side désossé, une moto en révision, tout ce petit monde s’affaire dans une sérénité qui te laisse bouche bée. Ces fêlés de la piste sont des gens si calmes, si sereins. Tu n’en crois pas tes yeux. Tu vas sur la ligne de départ, là tu comprends que tout a changé, la concentration est au rendez-vous, le timing à la seconde près est impeccable, tout baigne, tu sens la machine bien huilée. L’accélération au départ te sidère. Mais cette opération qui, jusqu’alors te semblait élémentaire et aisée, tu comprends à la première petite embardée qu’il faut déjà « être un bon » pour la réussir et assurer un bon départ. Que dire du freinage au stand pour l’arrêt ravitaillement et le ravitaillement ? Là encore : époustouflant, phénoménal !!! Vraiment des costauds tous ces pilotes !!!

 

Tu replaces tout cela dans un cadre enchanteur au milieu des landes, des moutons, des chevaux, la mer toujours présente et tu te feras une petite idée du TT. N’oublie pas les Pubs, la Guinness et surtout tes copains, ceux qui sont partis avec toi pour l’aventure, ceux que tu t’es faits sur place. Ah, les discussions avec tes copains sur ce que tu as vécu dans la journée, interminables, inoubliables ! Tous ont les yeux de Chimène pour ces pilotes, ce pays et cette course partout présente, partout omniprésente. Sais-tu que le fils de la patronne, une dame pleine de charme et de gentillesse,  du petit Pub où nous nous retrouvions tous les soirs (nous étions 18 français à avoir effectué le voyage en groupe) a gagné la course des sides comme singe. Bravo. Elle nous a montré sa couronne de lauriers qu’il lui a offerte. C’est pas merveilleux le TT ?

 

Si comme moi tu rêves de rouler sur ce circuit mythique, de connaitre cette ambiance hors du temps, prépares ton sac à dos, ta moto et téléphone à KIKI, le roi du TITI (Christian - 06 83 50 36 81) qui nous a organisé ce séjour exceptionnel. Il remet le couvert pour le TT 2010. A ne manquer sous aucun prétexte.

                                                                                               Serge  GRANDVAUX

 

RETOUR