Lundi 08 août

C’est une étape très touristique qui nous conduira aujourd'hui de Lisbonne à Coimbra . Toute la matinée nous longeons la mer c’est une balade cool, nous traversons de nombreux petits villages tous ravissants, non seulement les Portugais sont experts dans  l’art de construire des maisons mais aussi dans celui de les décorer . Nous voyons beaucoup de monde sur les plages, ça en est parfois étonnant les estivants à certains endroits sont comme dans le sud de le France à touche touche, quant à nous nous sommes nombreux  à préférer l’idée du bain plutôt que sa réalité, l’eau est trop frisquette.

( Coimbra)

Le midi tout le monde pique nique sur le bord d’une haute falaise, l’endroit est très sauvage et rappel un peu les côtes déchiquetées de Bretagne, l’endroit est tellement beau que nous en profitons pour faire une photo de groupe. A quelques pas de notre lieu de pique nique, nous est conseillé d’aller visiter une chapelle décorée d’azuléjos, la céramique bleue qu’utilisent les Portugais pour la décoration et que nous retrouverons dans tout le pays. La chapelle c’est vrai était à voir ainsi que le lieu ou elle fut construite, véritable havre de paix dans les deux cas.

Départ vers Coimbra, avec au programme deux arrêts qui n’auront laissés personne indifférent

1° Obidos 2° Batalha il s’agit d’endroits remarquables, les touristes venus nombreux ne si trompent pas et ils ont raison .Obidos est un petit village en tout point charmant , maisons bleues et blanches, 

très nombreuses fleurs et arbustes méridionaux, petites rues étroites et partout ornées de pots de fleurs, échoppes de produits locaux et souvenirs divers égayent ce petit coin de bonheur,

 il y a aussi tout en haut du village un imposant château fort ou du moins ce qu’il en reste avec ses remparts joliment reconstruits. Le temps passe trop vite, on serait bien encore resté ici tranquille à l’abri de ses petites ruelles pleines de charme et de lumière. C’est à regret que nous quitterons Obidos village d’une  attachante beauté.

 

( vue sur le château fort d'Obidos)

Diaporama OBIDOS


Le deuxième arrêt sera Batalha, décidément encore un site exceptionnel dont la renommée est du à son monastère dont l’aspect extérieur comme intérieur donne l’impression d’une gigantesque sculptures de dentelles, le génie des moines bâtisseurs a fait ici des merveilles. Nous nous serons beaucoup arrêté au cours de cette journée tant il y avait à voir et l’heure tourne et pour rattraper un peu de temps (pas perdu) c’est par l’autoroute que nous rejoindrons Coimbra. Temps gagné, mais euro perdus, cher, très cher l’autoroute au Portugal !

( Monastère de Batalha)

Journée très agréable, découvertes et balade cool, c’était le menu du jour.

Ce soir c’est Marilyne qui après le repas nous convie à fêter ses deux ans de permis et nous nous retrouvons pas très loin de la rivière, mais plus près encore de la ligne de chemin de fer qui nous empêche d’aller encore plus près  de la rivière…


Mardi 09 août

L’étape du jour nous conduira à la deuxième grande ville du pays : Porto. Notre guide qui jusqu’ici a toujours fait preuve de beaucoup d’à propos dans ses choix et qui n’a jamais été moins que bon, semble aujourd’hui montrer plus d’hésitation, en effet, les indications sur le terrain semblent très aléatoires, pas facile du tout !chapeau  JC, un autre que toi , moins sur de lui, que toi de toi y serait sans doute encore moins facilement arrivé. A 10h arrêt au monastère des carmélites Descalços ( et oui encore un  j’y peux rien), vroam aura tout fait cette année pour susciter des vocations tardives dans nos rang, il est lui aussi niché dans un endroit très retiré, en pleine forêt et là aussi l’accès qui pour nous n’est pas très facile devait être à l’époque de la construction extrêmement pénible.

 

Outre l’endroit très joli l’architecture là encore est grandiose, nous jetons un œil à la réception, aujourd’hui une partie des bâtiments est reconvertie en hôtellerie de luxe 5* et nous sommes ébahie par ce que nous voyons, allez allez pas de comparaison malsaine, contentons-nous de nos 3* très largement suffisantes pour les motards que nous sommes. Nous reprenons la route et oh surprise la pluie se met à tomber, voilà bien une chose que l’on attendait pas, comme toujours on hésite à s’équiper et puis il faut bien s’y résoudre avant qu’il ne soit trop tard, arrêt habillage collectif sur le bord de la route et c’est reparti, la pluie tombe assez drue et la route est glissante d’autant que depuis un an pas une goutte n’est tombée, voilà qui va réjouir les locaux, nous beaucoup moins. Tous les pilotes sont aux aguets la prudence est de rigueur, la conduite devient souple, la trajectoire calculée et le freinage anticipé, tous doivent acquérir une autre manière de rouler un peu oubliée du fait d’une météo jusqu’alors clémente .Toujours sous la pluie nous traversons des zones de forêts d’eucalyptus entièrement détruites par les feux, nous voyons des foyers encore en activité et l’odeur du feu partout est présente .Spectacle de désolation !

Plus bas dans la vallée nous croisons beaucoup de pèlerins, nous sommes tout prêt de Fatima que nous ne visiterons pas, dommage il y avait peut-être un monastère ? ils forcent notre admiration par leur courage, leur route sera longue et difficile, parfois  leur visage exprime la souffrance, tenez bon, le plus long voyage commence toujours par un pas et fini par un autre.

(Centre de pélerinage internationalement connu, Fatima attire de très nombreux croyants. Dans cette petite ville où le mercantilisme est peu développé, on ne peut pas ne pas être touché par la foi des pélerins.)

 

Nous arrivons à notre modeste hôtel (3*) sans encombre malgré la pluie, tout le monde a été très prudent tant mieux.

 


SUITE

RETOUR