Samedi 06 août

Voilà une journée de repos qui ne saurait mieux tomber, d’autant que cerise sur le gâteau on a droit à une grasse mat. Parenthèse ici pour « souligner… » c’est une façon de parler, car pour souligner jamais la parenthèse ne fera aussi bien que le trait…, mais passons et soulignons quand même par parenthèse l’excellence du programme qui alterne parfaitement les journées difficiles et les autres.

Départ en bus pour visiter ce matin Lisbonne, en d’autres temps j’en entendais se gloser  à l’idée de se faire trimballer en car, aujourd’hui tout le monde se dit qu’au fond c’est pas si mal et que ça permet de souffler. C’est vers la vieille ville que nous nous dirigeons et sur les bords du Tage, fleuve mythique qui a tant inspiré les écrivains, pas seulement Portugais. Après la chaleur d’hier, nous apprécions la brise marine, les explications de notre guide sont très intéressantes, elle nous parle des conquêtes des navigateurs Portugais, Sud Américaines d’abord, Africaines ensuite , mais ce que tout le monde attend c’est le musée de la gaudriole ou cabriole, je ne sais plus, hélas il y a confusion, nous ne verrons comme en Bretagne que de vieilles charrues au musée de la carrioles, mais très intéressant tout de même.

Retour sur les bords du Tage, nous apercevons très distinctement l’ex-pont Salazar rebaptisé pont du 25 avril lors de la révolution des œillets Et admirons le très beau monument érigé à la gloire des Portugais ayant participé d’une manière remarquable à la grandeur du pays, on y voit de gigantesques personnages tournés vers le large. Ce monument fait le bonheur des photographes.

( Monument des Découvertes à Lisbonne)

Lisbonne aujourd’hui à l’instar des grandes capitales vit de son histoire et de son patrimoine culturel et du tourisme. A signaler que la ville a été presque entièrement détruite lors du terrible tremblement de terre de 1817, ce qui peut expliquer que l’on peut être un peu déçu, à la vue de la vielle ville qui ne l’est pas tant que cela.

L’après-midi est libre et chacun pourra utiliser son temps comme il l’entend, les possibilités ne manquent pas et la découverte des vieux quartiers en tramway emportera les suffrages.

(Le fameux tramway de Lisbonne)

Le soir nous ne pouvons manquer une soirée Fado, reste à trouver l’endroit qui ne soit pas trop touristique , c’est en cette saison quasiment impossible, nous rencontrons un Portugais/Belge ça ne s’invente pas qui nous propose de nous aider dans notre recherche et après avoir perdu un peu de temps et laisser notre ami en chemin nous trouvons un restaurant/Fado . Notre choix n’est pas si mauvais, certes il y a du monde mais l’endroit semble garder un caractère assez authentique, le quartier aussi.

Pour celui qui aime, régal ! on ne peut qu’être en admiration devant  ces femmes qui chantent si bien l’âme Portugaise, exprimant par cette mélodie mélancolique mais pleine de charme l’expression des plaintes dolentes et répétitives des espoirs et des amours déçus .

(Inoubliable soirée Fado à Lisbonne)

 


Dimanche 07 août

 

Deuxième journée libre à Lisbonne, beaucoup auront choisi de reprendre la moto pour une petite boucle autour de Lisbonne par le front de mer, nous pourrons ainsi franchir les deux ponts de Lisbonne, celui du 25 avril et le Vasco de Gama, fierté justifiée de tous les Portugais, ces ponts qui enjambent le Tage sont très impressionnants, il aurait été dommage de ne les voir que de loin. Ensuite nous nous dirigeons vers la côte que nous découvrons très animée et très chatoyante, les villages sont très accueillants, bien décorés et fleuris, des arbustes et fleurs tropicales attestent de la douceur du climat. Nous traversons Estoril  et ses hôtels de luxe bien connu des amateurs de sports mécaniques, puis nous faisons route vers Cabo Raso qui est le point le plus à l’ouest de l’Europe un monument sur la falaise le rappelle et les touristes ne se font pas faute d’immortaliser le moment et l’endroit.

(Pont de Lisbonne)

Le pont du 25 avril relie les deux rives du Tage. C’est un des ponts les plus longs d’Europe : 3,2 kilomètres ! Il date de 1966, ce qui signifie qu’auparavant seuls les bateaux permettaient cette liaison. Mais aujourd’hui encore, beaucoup d’habitants des banlieues sud continuent de prendre le bateau tous les jours pour venir travailler à Lisbonne.

(Estoril)

 

Après un pique nique pris ici même, direction Sintra très belle petite ville située dans un havre de verdure ,ou la foule est venue nombreuse, il faut dire que la cité est pleine de charme, belles maisons, jardin exotique et la vieille ville ou les marchands encombrent les petites rues de leurs échoppes est un régal . C’est dimanche,  ils sont nombreux, les Portugais à apprécier particulièrement cet endroit on les comprends.

 

(Sintra Castle)

Après ce moment de visite reposante à Sintra, nous reprenons la route vers Lisbonne pour clore cette journée, ce soir gros boulot pour tout le monde : ranger les chambres et refaire le barda, pas facile quand on passe 3 nuits au même endroit, sympa l’hôtel qui à même prévu le chausse pied, ça va nous faciliter la fermeture des sacs.

Villa

Casa da Confraria
Sintra



Suite

Retour menu