Mardi 2 août

C’est à Avilla que nous devons nous rendre aujourd’hui , autrement dit nous quittons la Navarre pour découvrir 2 nouvelles régions :la région Madrilène et la Castille.

Encore une journée découverte et culturelle, avec deux visites possibles: la vallée des morts qui abrite les restes du dictateur Franco et surtout  une superbe basilique construite dans la roche de la montagne et dont la crypte excavée mesure pas moins de 260 m !. La colline est dominée par une immense croix de 150m ! que l’on aperçoit de très loin, en contre bas se trouve un très grand monastère dont une partie est reconvertie en dépôt de vieux, pardon en maison de retraite. L’espace et la dimension des bâtiments étonnent .Nous nous dirigeons ensuite vers San Lorenzo de El Escorial autre lieu de culture Hispanique  très prisé. Le village est situé au cœur de la Sierra à seulement 50 kms de Madrid ce qui explique la fréquentation touristique importante et le choix des Madrilènes  pour y séjourner. San Lorenzo abrite un monastère , encore un et des plus remarquables si c’est possible, dans celui ci, c’est à la fois le beau et le grand qui domine jugez plutôt : 15 cloîtres 1200 portes, 2700 fenêtres, etc. ….Il faut pour le visiter beaucoup de temps, qui hélas nous fait défaut,.San Lorenzo est à juste titre un lieu de villégiature très recherché, sa richesse architecturale et l’harmonie de la cité y contribuent très largement.

san lorenzo

 

Il ne nous reste plus que quelques dizaines de kms pour rallier Avilla autre lieu hautement symbolique de la très religieuse Espagne.

Avilla comme Assise en Italie est entièrement consacrée à son Saint : François à Assise, Thérèse à Avilla, l’une comme l’autre ne manquent pas de sanctuaires rappelant la vie de leurs illustres citoyens. Nous aurons le temps de visiter Avilla pendant les 2,5 heures qui nous séparent du dîner toujours en Espagne servi tardivement, mais que ce soir nous ne regretterons pas, la visite de cette ville Espagnole mondialement connue pour son histoire s’imposait.

(Sainte Thérèse d'Avilla)

Tout au long de cette journée, nous aurons vu beaucoup de moulins à vent, entendez d’éoliennes, il est vrai que nous sommes sur les terres de Cervantès :la Castilla del Mancha si chère à Don quichotte et à son compère Sancho Panza, dont on peut penser que leur combat eut été plus difficile aujourd’hui qu’il ne le fût jadis, les moulins d’alors étant moins nombreux et d’une taille plus modeste que ne le sont, ceux plus modernes de notre époque.

 


Mercredi 3 août

 

Après une très agréable soirée et nuit passées dans un superbe hôtel, nous sommes surpris au moment de prendre la route par le froid du petit matin, oui du petit matin, par ce qu’il faut dire que si les hôtels ont toujours été d’un niveau de standing auquel nous ne sommes pas forcément habitués, le temps pour en profiter le matin a pu paraître court à certains , mais le programme doit être respecté hein Christian !dura lex, sed lex! bref il fait frisquet, seulement 8°, nous aurons 36° dans l’après-midi .

Il s’agit aujourd'hui de laisser derrière nous l’Espagne pour rentrer au Portugal. Ces 4 jours de pérégrinations Espagnole auront été pour beaucoup d’entre nous l’occasion de découvrir des régions et des lieux inconnus, mais riches de surprises, nous garderons un souvenir fort de ces étendues sauvages ou peu ne pousse .

 

Nous avons quitter la Galice et ses beautés architecturales et nous découvrons avant notre entrée au Portugal, l’Extremadura , dans ce mot il y a extrême et c’est peut-être du au caractère de la nature plus aride encore que ce que nous avons vu jusqu’alors , on est ici comme dans un paysage de western, vastes étendues, pas de clôture, que du végétal, nul humain ou animal à l’horizon qui puisse attirer l’œil, paysage unique et uniforme, pauvre très pauvre, seuls de chétifs arbres subsistent avec peine, les sols sont rabougris par le soleil, toute trace d’herbe a depuis longtemps disparue. Celui qui est sensible à la beauté des espaces trouvera ici de quoi être satisfait.

Le matin visite d’un musée de vielles motos, ça va changer des monastères diront certains, nous sommes étonnés par la perfection du travail de remise en état de ces machines dont on jurerait qu’elles n’ont jamais servies. La représentation masculine de cette visite, disons les choses comme elles sont, supplante celle féminine, les vroamettes de leur côté qui attendant sous les parasols décident de s’offrir un concert Adamo pas en live bien sur mais tout de même en boucle, elles adorent et il ne sera pas possible de changer de registre, ce n’est même pas Adamo ou rien, c’est Adamo et Adamo, nah, pour elles c’est quasiment de l’ordre du fondamental !A chacun ses nostalgies pour certains les vieilles motos, pour d’autres

 les vielles …d’Adamo  (je parle des chansons) .

 


Ca y est nous sommes bien au Portugal, l’impression qui domine malgré la chaleur est qu’ici on arrive plus facilement à cultiver, la nature est plus verte et généreuse, on voit du maïs et d’autres cultures jamais aperçues en Espagne,  attendons quelques jours pour avoir confirmation.

Nous arrivons à Covilha première étape Portugaise, côté hôtel c’est toujours la même agréable surprise, que du beau !


 

Suite

Retour